Website counter

Ce site n'est pas le site officiel de la société Frédéric M,
Mais celui d'un Distributeur Privilégié.
Roger GOURREAU GSM: 0692 87 96 86
Site Officiel ICI

www.avantagesfm.com

,

Mon audience XiTi

 
     

Journal de l’île - 30 oct 2010
1000 emplois à pourvoir dans la vente à domicile

Jacques Conesfroy et Serge Munoz, représentants de la fédération de la vente directe.
Opération séduction autour du marché de la vente directe, avec l’annonce de 1000 créations d’emploi dans l’île d’ici trois ans.
“La vente directe, c’est l’école de la vie et de la formation. Pas de contrainte de bureau, l’avantage de travailler au rythme que l’on veut depuis la maison”. Le tableau rose est dressé par Jacques Cosnefroy, délégué général de la fédération de la vente directe (FDV), qui s’est déplacé dans l’île pour promouvoir un accord “historiquesigné le 21 septembre dernier entre le gouvernement, Pole Emploi et sa fédération. Accord qui prévoit la création de 100 000 emplois en trois ans dans le créneau de la vente à domicile. A l’échelle de la Réunion, l’objectif porte sur un volume de 1000 postes. Dans des secteurs d’activités allant du commerce, au textile en passant par l’alimentaire ou les nouvelles technologies. Vendeur à domicile, c’est effectivement un emploi à la carte, sans astreinte, mais qui ne garantit pas de revenus fixes. Pour bien gagner sa croûte et prétendre à une bonne couverture sociale, il faut multiplier le porte-à-porte.
“DE 3 À 5000 EUROS PAR MOIS”
Et convaincre les clients d’acheter un produit, qu’on peut se procurer dans la grande surface du coin. Une gageure ? Non, d’après les professionnels. Qui mettent en avant “la grande qualité des produits proposés, le lien de proximité avec le client, l’atout de la fidélisation”.
Serge Munoz, représentant régional de la FDV et patron d’une entreprise de cosmétique et parfumerie - Frédéric M - assure ne pas connaître la crise. “Dans l’île comme en métropole, notre activité ne cesse de progresser”. Quid de la rémunération des vendeurs ? “A temps plein, un bon vendeur peut empocher entre 3 et 5000 euros. En revenu complémentaire, on peut compter de 200 à 400 par mois”, estime-t-il.
Dans l’île, la vente directe ne représente qu’un marché de niche, porté par quelques dizaines d’entreprises. Le créneau pâtit encore d’un syndrome de la précarité. Réputation qui n’a plus lieu d’être selon Jacques Cosnefroy. “Aujourd’hui, notre secteur d’activité est reconnu économiquement viable. Avec cet accord, l’objectif est d’ouvrir des possibilités aux porteurs de projets autant qu’aux demandeurs d’emplois”

Haut de la page

Statuts des vendeur a domicile VDI

Weboscope mesure d'audience, statistiques, ROI
Classement des meilleurs sites et positionnement